Archive for the ‘Voyage’ Category

La cité des Doges

Une absence un peu longue, je vous demande humblement pardon… à genoux (si si j’y suis)
Mais j’ai un mot d’excuse. En élève appliquée que je suis, j’avais prévu un week-end ENT-IÈR-EMENT dédié au dessin pour le blog et vla’ti pas qu’on m’embarque pour un voyage surprise… à … à

Et oui VVVEEENNiiiisse…
Je suis une grosse veinarde, hein… Je sais ! Et mon Alex, définitivement le meilleur !
(Note : son frère est déjà pris, désolé mesdemoiselles)

Bon, petite rectification, on a emmené les chats au ski mais Venise… Faut pas déconner quand même ! Pour ces matous, c’était direction classe verte, à la campagne chez papi/mamie et le cousin Dionys…

Toujours à râler celui-là…

AAah l’Italie… Venise… en grande adulatrice de pâtes que je suis, il était quand même un peu fou
que je n’y sois encore jamais allée.
C’est un peu ma terre promise, alors à l’arrivée… séquence émotion…

Hum hum, bon ce n’était pas forcément ce que j’avais prévu, surtout les premiers mots que j’avais pensé baragouiner en italien…
M’enfin ça peut arriver au meilleur d’entre nous.

Passons,
Même si c’est une ville un peu clichée, romantique à souhait et envahit par les touristes, ça vaut le coup d’y faire un tour, au moins une fois dans sa vie.

Surtout qu’il n’y a pas grand chemin à faire pour quitter la masse compacte d’appareils photos et de guides polyglottes à parapluie. Quelques rues suffisent.

J’y ai particulièrement apprécié l’absence totale de voiture. Un vrai repos pour les oreilles et le nez !
Et puis, ça quelque chose de dépaysant de prendre le bateau comme on prendrait le bus dans n’importe quelle autre ville.
Bon, il y a quand même des séquences de « déjà vu » qui se répètent invariablement…

Surtout que les Vaporettos sont à l’heure ! Voir même un peu en avance. À savoir !
En même temps, pas d’embouteillage, ça aide.
Et malgré une certaine, disons, anarchie sur l’eau (on n’a jamais pu repérer si il y avait un sens de navigation), les accidents ont l’air d’être rares.

Un seul bémol dans ce séjour de rêve… (et pourtant il aurait été facile de l’éviter ou au moins de le prévoir)
Quelques indices : J’aime l’eau stagnante, la chaleur, je n’aime pas trop le vent et je m’immisce partout où on me laisse entrer… Vous ne voyez toujours pas ?

Aaahh, les moustiques aiment l’anticoagulant. Ça doit être un peu le pendant de « l’happy hour » pour nous.
À peine tu piques et la précieuse substance jaillit et coule à flots !
C’est la seule explication que je vois au fait que je me suis quand même pris 10 piqûres en une nuit avec une belle réaction allergique alors que monsieur s’en est sorti avec seulement… 2 !

Mis à part ça, ça reste un très bon souvenir.
Et qu’importe les nuisibles, il fait toujours bon flâner dans les rues de Venise, Murano ou de Burano.

PS : Attention quand même aux endroits très touristiques
et aux portefeuilles au risque de faire un remake du sketch de Gad Elmaleh avec le Coca…


Apprécie ton Coca à 6 euros…

Mais bon le tiramisu au côté de la place Saint Marc, ça n’a pas de prix !

Vacances – épisode 1 (le transport)

Et bien me revoilà, belle et fringante de mes deux semaines de vacances… au ski !! (veinarde hein, je sais)
Mais la première grande nouveauté c’était que les matous étaient de la partie !
(Au passage leur nounou préférée partant avec nous, on n’avait pas trop le choix)

Bon une chose est sûre c’est que ça transforme vite les vacances en expédition,
et on se pose forcément pas mal de questions techniques, genre…

Surtout si ils sont comme moi, car le ski avec Karine, c’est un peu…

Surtout après l’expérience ratée aux vacances d’été sur l’aire d’autoroute…
(les chats c’est pas des chiens !)

Fort heureusement, ma mère qui avait déjà étudié la question, m’a soufflé une solution

Le petit plus, c’est que ça rompt la monotonie du voyage et y apporte un peu de suspens !

Vacances – épisode 2 (les croquettes)

Pour ceux qui ne nous connaissent pas ou peu, nous avons une réputation de grands sportifs, toujours actifs, victime du syndrome de la bougeotte aiguë et jamais flemmard… Nous y tenons et nos vacances sont en général bien remplies et dynamiques !

….

Pour notre excuse, faut dire que les nuits étaient quelque peu agités depuis qu’un soir en rentrant :

Puisque rien ne résistait à ces professionnels du braquage de boîte à croquettes, nous décidâmes d’enfermer celle-ci dans la seule pièce hermétique de l’appartement… La salle de bains

Dés lors, chaque nuit, ces matous traçaient des plans sur la comète pour atteindre les précieuses croquettes !

Oui, il existe en effet, un passage sous l’évier, dans la cuisine qui conduit sous la salle de bains…
Sauf que la salle de bains étant une cabine « posée dans l’appartement » ça amène « sous » (la baignoire) et pas « dans ».
Les seuls passages qui communiquent entre les deux sont destinés aux tuyaux d’arrivée d’eau et d’évacuation. Rien d’assez grand pour laisser passer une pattoune de chat, alors un matou en entier…

Ignorant ce détail crucial, ils tentaient frénétiquement leur chance, chaque nuit…

Et même après 2 semaines d’essais infructueux, d’échecs cuisants et de pêche aux chats pour nous à 2h du mat’, leur détermination n’avait pas baissé d’un iota.

Une chose est sûre et je suis prête à y mettre ma moustache à griller, euh pardon, ma main à couper c’est que si on y était encore, ils le seraient aussi !

Une aventure qui aura au moins servi à leur trouver deux nouveaux surnoms : Bourricot et Bouriquette

Budapest (partie 1)

Quelques petites images de notre séjour à Budapest.
Je conseille fortement pour un long week-end, la ville est très sympa et se visite facilement à pied et en tram.
Bon, on ne peut pas dire que nous ayons été séduits par leurs pâtisseries, mais leurs bains, alors là, pour faire trempette, c’est le pied ! Faut quand même avouer qu’on galère un peu pour trouver comment fonctionne les casiers, les cabines etc. Le hongrois c’est décidément pas une langue facile.
Au bout de 5 jours, nous ne sommes toujours pas parvenus à prononcer correctement « jó napot kívánok » qui veut dire « bonjour »… Mais heureusement la majorité des hongrois parlent un peu anglais !
Bref un beau souvenir et quelques fous rires !


Ps : Je n’ai jamais su quelle était cette substance, pardonnez le terme « dégueu » qui ressemble fortement à du chocolat mais qui n’en a vraiment pas le goût !

Budapest (Partie 2)

La seule fausse note dans ce beau week-end fut, pour nous, « Palatinus Strand ».
Les bonnes conditions n’étaient peut être pas réunies, mauvais temps, un mardi,
3 pèlerins et un tondu… Mais de là, à découvrir une piscine à vagues… sans vagues, des tobbogans avec des joints en béton qui vous rabotent les omoplates
et où l’on s’arrête en plein milieu, même en prenant de l’élan ! hum hum…

Beaucoup de bassins, des jets d’eau… certes, mais on en a vite fait le tour.
Et la propreté n’est pas vraiment au rdv.

Bref, à faire : promenade sur l’île Margit.
À ne pas faire: trempette à Palatinus Strand
(préférez les valeurs sûres telles que Gellért ou Széchenyi.)

Bon à savoir pour ceux qui ne peuvent pas concevoir des vacances sans un bon bouquin et qui ont oublié le leur. Il existe une librairie française dans le centre de Budapest !
Librairie Latitudes
1077 Budapest
Wesselényi utca 11.

Quelques photos de nuit, fallait bien que je fasse un peu joujou avec mon nouvel appareil !

Et pour finir, lors d’un petit marché de créateurs design, je suis tombée sur un petit stand de sacoche et de sac pour vélo fabriqués avec des matériaux de récup !

Fan !

http://www.cangira.hu/