La cité des Doges


Une absence un peu longue, je vous demande humblement pardon… à genoux (si si j’y suis)
Mais j’ai un mot d’excuse. En élève appliquée que je suis, j’avais prévu un week-end ENT-IÈR-EMENT dédié au dessin pour le blog et vla’ti pas qu’on m’embarque pour un voyage surprise… à … à

Et oui VVVEEENNiiiisse…
Je suis une grosse veinarde, hein… Je sais ! Et mon Alex, définitivement le meilleur !
(Note : son frère est déjà pris, désolé mesdemoiselles)

Bon, petite rectification, on a emmené les chats au ski mais Venise… Faut pas déconner quand même ! Pour ces matous, c’était direction classe verte, à la campagne chez papi/mamie et le cousin Dionys…

Toujours à râler celui-là…

AAah l’Italie… Venise… en grande adulatrice de pâtes que je suis, il était quand même un peu fou
que je n’y sois encore jamais allée.
C’est un peu ma terre promise, alors à l’arrivée… séquence émotion…

Hum hum, bon ce n’était pas forcément ce que j’avais prévu, surtout les premiers mots que j’avais pensé baragouiner en italien…
M’enfin ça peut arriver au meilleur d’entre nous.

Passons,
Même si c’est une ville un peu clichée, romantique à souhait et envahit par les touristes, ça vaut le coup d’y faire un tour, au moins une fois dans sa vie.

Surtout qu’il n’y a pas grand chemin à faire pour quitter la masse compacte d’appareils photos et de guides polyglottes à parapluie. Quelques rues suffisent.

J’y ai particulièrement apprécié l’absence totale de voiture. Un vrai repos pour les oreilles et le nez !
Et puis, ça quelque chose de dépaysant de prendre le bateau comme on prendrait le bus dans n’importe quelle autre ville.
Bon, il y a quand même des séquences de « déjà vu » qui se répètent invariablement…

Surtout que les Vaporettos sont à l’heure ! Voir même un peu en avance. À savoir !
En même temps, pas d’embouteillage, ça aide.
Et malgré une certaine, disons, anarchie sur l’eau (on n’a jamais pu repérer si il y avait un sens de navigation), les accidents ont l’air d’être rares.

Un seul bémol dans ce séjour de rêve… (et pourtant il aurait été facile de l’éviter ou au moins de le prévoir)
Quelques indices : J’aime l’eau stagnante, la chaleur, je n’aime pas trop le vent et je m’immisce partout où on me laisse entrer… Vous ne voyez toujours pas ?

Aaahh, les moustiques aiment l’anticoagulant. Ça doit être un peu le pendant de « l’happy hour » pour nous.
À peine tu piques et la précieuse substance jaillit et coule à flots !
C’est la seule explication que je vois au fait que je me suis quand même pris 10 piqûres en une nuit avec une belle réaction allergique alors que monsieur s’en est sorti avec seulement… 2 !

Mis à part ça, ça reste un très bon souvenir.
Et qu’importe les nuisibles, il fait toujours bon flâner dans les rues de Venise, Murano ou de Burano.

PS : Attention quand même aux endroits très touristiques
et aux portefeuilles au risque de faire un remake du sketch de Gad Elmaleh avec le Coca…


Apprécie ton Coca à 6 euros…

Mais bon le tiramisu au côté de la place Saint Marc, ça n’a pas de prix !