Road trip Canadien – les rocheuses 1


Après le printemps plus qu’hivernal en France, nous avions enfin retrouvé le soleil et une température estivale de 27°C à Montréal.
5 heures d’avion plus tard et 4 fuseaux horaires plus loin, retour en hiver avec l’atterrissage à Calgary, à l’entrée des rocheuses canadiennes. Enfin avant ça, petit interlude sur notre trajet aérien, ou en bon gros chat noir, ces quelques heures ont été les plus éprouvantes de notre voyage…

Heureusement une hôtesse de l’air… enfin un hôte de l’air ??? aux mensurations peu communes et plus proche d’une vedette de catch agrémenta le voyage de quelques blagues qui détendirent un peu l’atmosphère.

Avec 4h de décalage en plus et quelques heures de sommeil en moins, nous quittons l’aéroport pour prendre possession de notre nouveau moyen de transport, un grand (c’est le moins que l’on puisse dire) Cherokee !
Nous prenons la route vers notre première belle expérience d’Air B&B. Il est 22h passé, et je ne rêve que d’une seule chose : un bon gros lit !
Nos hôtes pour cette première nuit chez l’habitant, nous ont laissé leurs clés dans leur boîte aux lettres, car se levant très tôt ils seront déjà couchés à notre arrivée.
Je confirme que, pénétrer de nuit, chez des personnes que ne l’on ne connaît pas est une chose vraiment très étrange !!!

Le lendemain matin, nous faisons quand même connaissance avec les très sympathiques Richard et Kate et leur gros bébé Governor (un jeune chien d’un an mais pesant déjà ses 85 kg).

Quelques emplettes nutritives pour remplir l’énorme coffre de notre 4×4 et direction les Rocheuses !
Notre prochain point de chute se situe à Banff, à quelques heures de voiture de Calgary.
N’ayant pas pu voir les montagnes de l’avion à cause du mauvais temps, j’attends avec impatiente de prendre la route pour les admirer …

R-a-t-é !!!
Plus nous nous enfonçons dans les montagnes, plus le mauvais temps s’intensifie. Il neigera l’équivalent par endroit de 25 à 30 cm de neige !
Nous nous arrêtons à mi-chemin à Canmore. Après un rapide tour à l’office de tourisme, nous apprenons que le mauvais temps s’est installé pour les 10 prochains jours à venir…
Le moral aurait pu tomber très très bas si…



Un peu de douceur et ça va tout de suite beaucoup mieux !
Nous reprenons la route vers Banff, le temps n’allant vraiment pas en s’arrangeant, nous prenons pitié de 2 auto-stoppeurs perdus au milieu de l’autoroute et absolument pas du tout équipés pour la circonstance. Et pour cause nous apprenons, qu’il y a seulement 3 jours, il faisait 25 °c et grand ciel bleu… GRRRrr

Une petite heure plus tard, et un détour de quelques km en plus (c’est ça l’aventure) nous arrivons enfin à Banff. La journée a été bien remplie, je découvre le super bon plan d’Alex, un petit appart en duplex en guise de chambre d’hôtel.

Après une bonne nuit réparatrice, comme prévu la neige continue de tomber. Nous laissons rapidement la ville, et ses rues extrêmement commerçantes derrière nous, pour partir en safari neige dans les montagnes sur la Wildlife Drive. Première virée sauvage avec quelques rencontres poilues à la clef !

Finalement, ce temps aura été propice à la tranquillité puisque nous ne croiserons, pas un chat !
Nous finirons la journée dans les bains naturels de Banff, les fesses au chaud et la tête au frais.

 

Le lendemain, nous nous levons relativement de bonne heure pour notre première « rando » digne de ce nom, dans le Johnston Cayon.


Très belle balade, au début, accompagnée de pas mal de touristes mais comme toujours il suffit d’être un peu plus courageux que les autres et en s’éloignant un peu sur la route des Ink Pots, on se retrouve rapidement seul et en toute intimité avec la nature…

Cependant, d’une promenade « pépère » goudronnée, nous finirons par un vrai parcours du combattant, avec au programme de la boue, de la neige, des montées, des descentes, forcément des glissades mais aucune chute !
Le paysage sauvage et les bassins d’eau turquoises des Ink Pots nous récompenseront largement de notre peine.

Après un rapide pique-nique dûment mérité, nous reprenons notre route à la découverte des lacs Moraine et Louise.
J’ai nettement préféré le premier, plus sauvage et mieux préservé par rapport au lac Louise avec son énooOOrme hôtel façon Disneyland et ses milliers de touristes…
Une rencontre plus qu’inattendue apportera quand même un peu d’originalité au cliché touristique.

En conclusion de toutes ces aventures, nous passerons notre dernière soirée à notre hôtel, à profiter de notre baignoire jacuzzi, avant de continuer notre route vers Jasper.

PS : ne jamais mettre du savon moussant Lush dans un jacuzzi !

Pour plus de photos, rdv sur la page facebook du blog.


Road trip canadien – Les rocheuses 2


Enfin le soleil daigne nous montrer le bout de son nez.
Nous quittons Banff pour Jasper, un parc plus sauvage et moins touristique quelques kilomètres plus au Nord. La route s’annonce magique, on nous la vend comme l’une des plus belles du monde… Et en effet, le paysage vaut le détour, plusieurs arrêts seront nécessaires pour profiter pleinement du panorama.


A mi-chemin se trouve le célèbre Colombia Icefield. Nous stoppons sur le parking, au côté des énormes cars rouges qui montent les touristes sur le glacier. Les roues au bas mot font 2 m de diamètre !



Ca ressemble fortement aux cars, passez-moi l’expression, « promène-couillons » parisiens, mais c’est tentant… Surtout que les conditions météo empêchant les randos à pied à l’assaut du glacier, nous n’avons pas d’autres choix pour y monter. Mais la tentation c’était avant… Avant de se retrouver dans le fourmillement de milliers de touristes dans l’office de tourisme.
1h30 de montée en car, pour se retrouver là-haut, dans une masse compacte d’appareils photos, puis faire une dizaine de pas sur la glace et repartir aussi sec… Comment dire… N-O-N merci !!





Heureusement, un petit bout d’ascension est possible et sans danger. Habillés et gantés chaudement, nous suivons un sentier caillouteux digne d’un paysage lunaire et complétement désert. Même si il ne nous amène pas très haut, la magie opère quand même pour notre plus grand plaisir !




Jusqu’à ce qu’une soudaine bourrasque nous amène la neige et un vent glacial. Il est temps de retourner à la voiture, poursuivre notre route.


Nous arriverons quelques heures plus tard enfin à Jasper, ville tout en longueur et beaucoup plus authentique et tranquille que Banff.





Un petit tour en ville et nous dégottons rapidement un B&B chez une petite dame prénommée Athéna, originaire de Grèce et installée au Canada depuis plus d’une trentaine d’années.
Nous logeons au sous-sol. Le lieu est un peu désuet et sent comme chez « mamie », mélange de lessive et de vieux meubles… Très calme et d’une propreté impeccable, c’est le genre de décor qui vous ramène en enfance et vous fait sentir en sécurité comme dans une bulle d’espace spatio-temporel.





Après une bonne nuit réparatrice, nous entamons notre première journée à Jasper, avec un grand soleil et, au programme, short et T-shirt + crème solaire pour une petite randonnée à pied de 13 km.
Nous sortons de l’office de tourisme avec un itinéraire conseillé, car plusieurs sentiers sont fermés, pour cause de présence importante d’ours. Sur le chemin, je commence à lire une brochure…





Autant dire que nous n’étions pas très rassurés, tout seul, au milieu de la forêt…
Bref, notre première rencontre animale, eu lieu lors de la première montée sur l’un des plus beaux belvédères de la région.
Vue imprenable sur la vallée avec comme compagnie Mr et Mme mouflon !





Si paisible comme bestiole, malgré leurs impressionnantes cornes que l’on aurait pu leur faire deux trois gratouilles sous la barbichette, je dis bien, aurait pu ! Nous croiserons également quelques wapitis à la fin de notre parcours et une petite dizaine de marmottes, en état d’alerte de part notre présence. Mais heureusement ou malheureusement aucune trace d’ours !





Malgré nos pieds meurtris par cette belle balade, nous repartons en fin d’après-midi pour une petite excursion au Maligne Canyon. Nous déambulerons sur plusieurs ponts de bois, au dessus d’une rivière tourbillonnante et tumultueuse et par certains endroits, à plus de 50 m de profondeur !





Nous finirons cette journée par un petit tour aux lacs Pyramid et Patricia en espérant croiser le bout du nez d’un ours ou d’élan… En vain !

Nous passons déjà notre dernière nuit à Jasper. Demain, pas mal de route nous attend pour rejoindre le Wells Grey Parc, le plus « sauvage » de notre parcours.
Sur les conseils d’un guide, nous faisons halte à mi-chemin aux alentours du lac Kinney. Quel bon conseil que celui-là, nous repartirons avec les plus belles photos de lac et sans croiser quasiment un seul touriste ! Seul regret, ne pas avoir eu le temps de partir en grande randonnée (38 km aller/retour) pour contempler le Berg lake et son glacier.




Avec une dizaine de km de plus dans les pattes, nous arrivons à Clearwater, petite ville qui sera la cible de nos moqueries affectueuses. Puisque nous venons d’atteindre le coin le plus reculé de notre voyage, avec son restaurant qui ne sert plus à partir de 20h et son fast-food low-cost.
Mais c’est sur les derniers kilomètres que nous attendra, notre première belle surprise, furtive, de la soirée :





La deuxième sera notre logement : le Wells Gray Guest Ranch.
Bienvenue au pays des Cow-boys canadiens !
Trouvé, presque par hasard, dans les pages d’un guide touristique de Jasper, ce ranch est un vrai havre de paix. Plongé au milieu des montagnes et de la nature, le temps semble être comme suspendu.





Une fois les affaires déballées, petit tour au saloon pour nous remettre de nos émotions et surtout pour réserver notre randonnée à cheval en compagnie de Gwen.


Petit bout de femme énergique et passionnée, qui a plaqué son métier d’informaticienne pour vivre de sa passion et travailler avec les chevaux.
Une rencontre telle qu’on les aime, riche et pleine de partage. Nous partirons pour une belle rando de 3h, avec : franchissements de rivière, montées et descentes sur sentiers escarpés et encore une fois, une belle surprise inespérée…





Revenu au ranch, la nouvelle a déjà fait le tour et sensation. Nous réalisons qu’une fois de plus, nous sommes très chanceux d’avoir croisé la route d’un élan !


Autre rencontre émouvante, fut celle avec nos voisins de chambre. En arrivant, nous avions remarqué leur 4×4 arnaché d’un énorme canoé.
John et David sont deux retraités, qui depuis une vingtaine d’années, partent chaque année une semaine ensemble, faire du canoë. L’un originaire des états-unis, l’autre canadien, ils se sont connus étudiants et colocataires et ne se sont jamais perdus de vue, depuis.
Au cours d’un petit déjeuner, entre pancakes au sirop d’érable et muffins aux baies, nous échangeons quelques bouts de nos vies pour un moment de partage court mais néanmoins fort.

C’est sur leurs conseils, qu’avant de quitter le Wells Grey Parc, nous partons découvrir la quatrième plus haute chute d’eau du Canada, Helmcken Falls.



Nous avions hésité un moment, avant de nous y rendre, car les chutes d’eau, on commençait à en avoir vu pas mal. Mais le spectacle en valait vraiment la chandelle, surtout que sur le chemin du retour, Dame Nature n’avait pas encore fini de nous gâter…



Voilà, une vingtaine de minutes en tête à tête avec une mère et sa famille… Nous resterons dans notre voiture à les observer tranquillement vaquer à leurs occupations, avant de reprendre notre route, conscients d’avoir vécu un moment inoubliable et privilégié.


Road trip canadien – Vancouver


C’est encore tout retournés de notre rencontre avec nos ours que nous quittons peu à peu les Rockies pour un retour à la vie citadine.
Ne souhaitant pas faire trop de route en une journée, nous stoppons à qq kms de Vancouver, dans la petite ville de Mission.

Maureen nous accueille dans sa grande maison savamment décorée, avec quelques alpagas dans le jardin en guise de tondeuse à gazon et surtout un jacuzzi !
Merci Air b&b pour le bon plan !

Nous passons l’une de nos plus belles soirées, assis dans le salon, en compagnie de Maureen et de son amie.
Autour d’un verre et d’un succulent gâteau, nous nous racontons nos vies, nos histoires, les différences entre nos deux pays, nos livres coup de cœur…
Les heures passent, je montre mon travail, mon carnet de croquis, mes dessins…
Interruption de Maureen.
« Elle a un ami artiste, il faut absolument que je le rencontre. »
Coup de fil à l’ami.
Il nous attend demain matin dans son atelier !

Le rendez-vous pris, nous sautons dans nos maillots de bain pour profiter d’un dernier bain nocturne avant de nous abandonner au marchand de sable dans le lit Double King Size !

 

 

Après un petit déjeuner gargantuesque, nous partons rencontrer l’ami artiste de Maureen.
Il nous accueille chez lui, avec sa femme.

Il vient d’une famille de pêcheur et dessine depuis son plus jeune âge. C’est la perspective de travailler dans un bureau et de subir les contraintes des grandes villes qui le décidera finalement à se lancer dans la… pêche. Il dessine depuis, pas mal à ses heures perdues ou sur son bateau. Et je dois dire que dans son univers de « bikers », il est juste bluffant !
www.kirkcar.com

D’une extrême gentillesse et humilité, il nous a ouvert sa porte et nous a accueilli comme des amis proches. Encore une rencontre que l’on est pas près d’oublier… Une de plus…
Même si nous serions bien resté une journée de plus en leur compagnie, nous reprenons notre voyage, direction :

Vancouver !

 

Entre mer, ciel et montagne.
Si il y a bien une ville où j’aimerais vivre, c’est sans hésitation, Vancouver.

Bye bye le 4×4, après avoir déposés les affaires à notre nouveau gîte, nous rendons notre Grand Cherukee.
Notre nouveau moyen de transport pour les 6 jours suivants sera désormais… le vélo !
Et ceci grâce à Roxana, une petite boule d’énergie et de gentillesse qui sera notre hôte sur Vancouver.

La ville se prête très bien au déplacement à vélo, si l’on a un peu l’habitude de circuler en ville (après Paris, easy!).
Seul bémol le port du casque est obligatoire… Et le casque, ça ne nous va ab-so-lum-ent pas !
Bref, Nous parcourons pendant 2 jours, Granville Island, Gastown, Chinatown, Fairvew… Nous retrouvons notre cantine favorie « Tim ‘s Horton » et découvrons la « Old factory Spaghetti » et sa formule all inclusive.

 

Suivi d’une grande ballade au Stanley Park, d’une séance shopping dans l’énorme boutique « Mountains pro&co » le paradis du sportif.
Sans oublier la boutique des fans des « Canuts » ! Qui n’a vraiment rien à envier aux PSG et à l’OM chez nous, en terme de goodies !

Nous avions en projet de partir visiter l’ile de Vancouver et sa ville principale Victoria. Grâce à Roxana qui accepte de garder nos bagages et de nous prêter deux vélos, c’est possible.
C’est parti, pour 3 jours d’expédition en mode vélo/sac à dos.
Et ça commence, dés le lendemain, par 30 min de montée matinale pour rejoindre le bus qui nous conduira au port du ferry.
Les gens se déplacent tellement à vélo que tous les bus sont équipés pour les transporter à l’avant ! Mais attention il n’y a que 2 places par bus !

Sous un soleil radieux et après 40 min de bus, nous embarquons, à vélo sur le ferry, pour un peu plus d’une heure de traversée.

 

C’est l’occasion de prendre notre petit déjeuner en mer et d’attraper quelques nuances de bronzage en plus.
Arrivés à Swartz Bay, nous débarquons en premier devant une longue file de voitures.
Nous sommes un peu à la rue, sur le chemin à prendre. Mais c’était sans compter sur l’aide de deux supers mamies, elles aussi à vélo, qui nous guideront sur qq km pour rejoindre le « Lochside trail ».
Il nous reste 34 km pour rejoindre Victoria !

La route défile droite devant nous, le long de la côte.
Cette île, c’est un peu la « Corse » de Vancouver, bien que moins sauvage; de ce côté de l’île en tous cas.
Petite pause devant un match de soft ball féminin avant d’achever les derniers km qui commencent à tirer sur les mollets.

 


Enfin arrivés à Victoria, nous devons partir en recherche d’une chambre d’hôtel.
Pas de chance, il y a un congrès en ce moment, tout est complet. Hic !
L’office de tourisme finira quand même par nous trouver un motel à l’extérieur du centre ville.

 

Comme promis à Roxana qui tient beaucoup à ses vélos, nous demandons à l’hôtel si…

Inimaginable en France !

Plus que la température estivale, il flotte vraiment un air de station balnéaire à Victoria.
On s’attendait à quelque chose de moins… bétonné, moins ville, plus petit village au bord de la mer.
Mais bon, glaces et shopping, c’est sympa aussi !

Limités par les vélos et nos cuisses fatiguées, nous ne ferons qu’une seule excursion plus au Sud (des plages magnifiques de surf existent mais à une centaine de km de Victoria). Une petite visite (de 20km quand même) du campus Hatley et son château, qui n’est autre que le château du professeur Xavier dans le film X-men !


Trois jours de vélo intense sous le soleil, nous sommes comblés et fatigués.
Les 34 km du retour pour rejoindre à nouveau l’embarcadère seront moins durs que prévu…
Enfin presque…

C’est les jambes flageolantes de ce long sprint que nous entamons la traversée du retour vers Vancouver.

Et c’est déjà notre dernière soirée en Colombie Britannique.
Nous la passons chez Roxana, autour d’une tasse de thé purgative, à surfer sur le net, pour retrouver les meilleurs sketchs de nos comiques français et canadiens.
Nous finirons en beauté, cette soirée avec le fameux « Where is Bryan ? » de Gad Elmaleh.

Et n’oubliez pas de voter pour ce blog, histoire de grappiller quelques voix en plus !


Road trip canadien – Toronto


Les valises commencent à être lourdes. Qu’est-ce que ce sera après les achats souvenirs prévus à Toronto, notre dernière escale avant le retour à Paris.
Avec les 5 heures de vol depuis Vancouver, nous commençons en douceur, à récupérer quelques heures sur le fuseau horaire de la France. Vous avez dit jet lag ?

Heureusement notre nouveau point de chute, chez Greg et Kevin se trouve en plein quartier d’affaires de Toronto, à seulement 1h de métro de l’aéroport.
Nous n’aurons l’occasion de rencontrer Kevin que le lendemain soir.
Arrivés en fin d’après midi, nous déposons nos affaires pour repartir acheter de quoi manger avant de filer au lit pour dormir, après cette journée bien remplie.

Le lendemain, nous partons vraiment à la découverte de la ville.
Un petit tour au « Hall of fame », en tant que joueurs de hockey, on ne pouvait pas y passer à côté… Enfin… En fait, nous passerons devant, le prix d’entrée s’avérant prohibitif !



Je l’attendais depuis un moment… Et ça y est, la vraie séance shopping peut commencer !
Après un rapide petit déjeuner en ville, nous fonçons à la boutique « Hogtown skateboard ».
Ça faisait un moment que je rêvais de me mettre au longboard.
Accro au sport de glisse depuis quelques années et n’ayant finalement pas pu m’acheter une nouvelle paire de roller hockey comme prévu. J’ai pris la décision depuis le début de voyage de passer le cap à Toronto. Et évidemment Alex m’accompagne !

Nous tombons sur deux vendeurs très sympas dont l’un étudie à l’université française.
2h15, c’est le temps qu’il nous aura fallu pour choisir et monter notre première board.
A la Hogtown, ils sont patients ! Mais malheureusement, au moment de partir…

Seule solution pour passer cet après midi pluvieux au sec… Encore du shopping…
Petit tour par une boutique d’équipement de hockey familiale et nous rentrons à l’appartement pour le dîner.

Nous tombons enfin sur Kevin et passerons quelques heures à discuter ensemble. Lui faisant part de mon souhait de me lancer en freelance, je suis très touchée de son intérêt pour mon travail et par ses encouragements.

Vers 22h, la pluie s’est enfin arrêtée et le sol commence à sécher. L’occasion est trop belle pour ne pas essayer nos nouvelles planches.
Après une prise en main rapide, nous partons à l’aventure des grands trottoirs de la ville jusqu’à trouver une belle grande esplanade, déserte, entre les buildings pour tenter nos premiers virages, mais…


Bande de petits rebelles de touristes !
Donc à noter, si il n’y a personne sur ces supers spots, c’est qu’en moins de 10 min, c’est alerte générale et vous vous retrouvez avec tous les agents de sécurité du quartier !



La chance sera finalement avec nous, puisque le lendemain, le ciel est couvert mais il ne pleut plus et surtout le sol n’est pas mouillé.
Le choix est vite fait, pour notre dernière journée, au lieu des chutes du Niagara, nous partons à la découverte du front de mer, des quartiers bohèmes, chinois et de la little Italy de Toronto, en skate !





Après le vélo, le cheval, la voiture, le bateau, nous terminons notre voyage de manière originale et sans gamelle !

Il est maintenant temps de rentrer. Notre avion décolle dans quelques heures.
Dernier gros défi de la journée, boucler les bagages…
Avec deux longskates, une crosse, des gants de hockey, trois bouquins, un panier de vélo et encore quelques babioles en tout genre, la tâche n’est pas aisée mais pas impossible.

Nous atterrirons sans encombre en France avec nos deux valises et notre gros paquet spécial.
Après 3 semaines d’anglais, entendre parler français est presque un choc.

Même si je me sens comblée par ce beau voyage et ravie de retrouver mes deux gratteux, il ne faudra pas longtemps pour me faire regretter, avec une pointe de nostalgie, les rencontres, les paysages, le pays… Bref en un mot, le Canada.

En 3 semaines, nous aurons parcouru :
7933 km en avion
2117 km en voiture
125 km à vélo
24 nautical miles en bateau
60 km à pied
10 km à cheval

Pour découvrir le récit de notre voyage en entier, par ici

Pour plus de photos, rdv sur la page facebook du blog


Votez pour K’naye !


J’ai pris la décision d’inscrire le blog au Golden Blog Awards, plus pour le fun que dans l’espoir de gagner réellement. (J’ai qq amis… mais pour vraiment rivaliser avec certains, ça ne devrait pas être suffisant)
Aussi si tu veux soutenir ce petit blog et permettre à Calypso d’enlever son beau costume, tu peux voter pour ce blog en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Tu peux aussi choisir ton niveau de « fanatitude » :
Fan niveau 1 : tu votes
Fan niveau 2 : tu votes et tu invites la terre entière à voter pour ce blog !
Fan niveau 3 : tu votes, tu invites la terre entière à voter et tu viens re-voter chaque jour jusqu’au 25 octobre !

Un gros gros merci d’avance… Léchouilles des gratteux !

www.golden-blog-awards.fr